Patch virtuel pour vous aider et aider les autres à arrêter de fumer.

Le patch s'actualise quotidiennement et affiche le nombre de jours depuis votre arrêt de la cigarette.

Arrêter de fumer et éviter la rechute

Dépasser la dépendance tabagique est une épreuve autant morale que physique. De nombreux fumeurs tentent vainement d'arrêter la cigarette pour replonger quelques mois plus tard. Faiblesse de la volonté ou besoin trop pressant de nicotine, le fait d'arrêter demande de passer par des étapes bien précises pour ne plus rechuter. Il est avant tout important de savoir que chaque fumeur est unique. Chaque personne possède ses habitudes propres qui sont essentielles à connaître pour y faire efficacement face.

La diminution progressive est possible même si de nombreux médecins conseillent à leur patient d'arrêter de manière ferme, la volonté pouvant flancher à n'importe quel moment.

La première étape à passer est la dépendance physique. De nombreux médicaments destinés au traitement de substitution à la nicotine existent et leur efficacité a déjà été prouvée à de multiples reprises. Leur utilisation doit cependant se faire de manière raisonnable. La dose est le premier point essentiel à étudier par le médecin traitant. Trop faibles, les effets ne couvriront pas l'état de dépendance du patient. Il va sans dire que les modes d'utilisation sont également très importants à suivre. Retirer le patch pendant la nuit ou mâcher les gommes en suivant des quantités précises sont des précautions qui garantissent toute la réussite de la période de sevrage. Il est à noter que les traitements de ce genre sont effectués suivant des durées différentes, la dépendance du patient en étant le principal facteur.

Parmi les traitements de substitution les plus connus se trouvent entre autres les timbres à la nicotine ou patches, les comprimés à sucer ou sublinguaux, les gommes à la nicotine, l'inhalateur et les cigarettes sans tabac. Des solutions moins conventionnelles se sont également avérées efficaces comme l'hypnose, les psychothérapies comportementales ou même l'acupuncture. Les amateurs de médecine douce trouvent aussi dans l'homéopathie des solutions efficaces pour arrêter de fumer. La majeure partie de ces méthodes servent avant tout de technique pour ne plus ressentir le besoin de nicotine. Intervenant à différents niveaux du corps comme du mental, les substituts aident le patient à se sentir en confiance durant la période éprouvante du sevrage. La dépendance psychique est beaucoup plus simple à vaincre qu'il n'y paraît. Il suffit généralement de trouver de quoi s'occuper l'esprit pour ne pas faire de fixation sur l'envie de fumer.

Le fait de fumer est considéré autant comme un besoin physique qu'une nécessité mentale chez les personnes concernées. Rompre avec cette addiction consiste avant tout à se trouver de nouvelles sources de détente, quitte à adopter un nouveau style de vie pour se donner toutes les chances de réussite. L'activité physique est couramment conseillée dans le but d'évacuer la pression vécue au quotidien et d'aider à canaliser le stress entraîné par cette période de sevrage. S'inscrire à des séances de cours de relaxation est une idée efficace pour mieux appréhender la période sans cigarette. L'état de stress qui caractérise les personnes en plein sevrage est souvent lié à la méthode qu'elles ont choisi pour arrêter de fumer. Les arrêts nets sont jugés très efficaces pour les fumeurs emplis de bonne volonté. Dans le cas contraire, le patient peut développer un réel sentiment de détresse, la cigarette agissant comme une drogue. Les substituts sont alors intégrés en doses fortes pour être progressivement diminués. Dans tous les cas, le sport est un allié précieux pour aider un organisme à éliminer plus facilement les restes de nicotine et faire le plein de santé. La prise de poids en sera également plus facilement évitée.

La dépendance comportementale est traitée par de nouvelles habitudes à adopter dès que l'on décide d'arrêter. Les réflexes conditionnés seront les plus difficiles à éliminer. Débarrasser l'environnement familier de tout accessoire relatif à la cigarette est primordial. L'on retirera ainsi tout cendrier, briquet, allumettes et autres de son salon ou au bureau par exemple. Il est généralement conseillé d'éviter de fréquenter des fumeurs pour ne pas être tenté à nouveau. La cure de désintoxication est un travail à faire sur soi avant de penser se retrouver en société. Il peut s'avérer nécessaire de s'isoler pendant quelques temps avant d'être réellement prêt à évoluer dans un entourage où quelques individus fument. La patience et la détermination sont des alliées dans cette entreprise pour ne pas rechuter par la suite. Les personnes les plus fragiles peuvent opter pour l'assistance d'un psychologue pour dépasser cette épreuve comme il se doit.

Quelques conseils

Zéro cigarette, c'est zéro cigarette : évitez de reprendre ne serait-ce qu'une bouffée.

Évitez les endroits enfumés. Fréquentez de préférence la fréquentation des non-fumeurs.

Demandez gentiment aux fumeurs de s'abstenir en votre présence. Évitez l'alcool et le café, souvent associés à la cigarette.

A la fin du repas, levez vous rapidement et occupez vous : faites la vaisselle, marchez, occupez vous l'esprit et les mains.

Restez motivé. Écrivez la liste des inconvénients du tabac et des bénéfices de l'arrêt : gardez cette liste sur vous et consultez-la souvent au début pour vous souvenir des raisons qui vous ont poussé à arrêter.

L’envie de fumer (le manque) dure 2 à 5 minutes, puis disparait. Trouvez votre truc anti-stress à vous, on a chacun le sien, pour passer ces quelques minutes désagréables : mâcher un chewing-gum, un baton de réglisse, faire de profondes respirations par le ventre, ....

Confiez-vous, parlez, communiquez. N'hésitez pas à utiliser Internet et à demander de l'aide sur Facebook et les forums spécialisés.

Patch FacebookPatch Facebook